Maison de Quartier de Fin d'Oise
25, Avenue du Maréchal Gallieni
78700 Conflans-Sainte-Honorine

© 2017 par CIRENA

Le Collectif

Notre Plateforme de revendications

Nous pensons qu'il existe des solutions de première urgence afin de soulager les populations sinistrées par le trafic aérien.
 

Ce que nous exigeons des pouvoirs publics :

- la modification des procédures d'approches tant au niveau de la définition des trajectoires qu'à celui de la hauteur et du régime des appareils,
 
- l'instauration d'un couvre feu sur les aéroports de la Région Ile-de-France dans le cadre d'une réglementation européenne,

- la limitation du nombre de mouvements sur les aéroports de Roissy et du Bourget,

- l'abandon définitif de tout projet de  construction de pistes supplémentaires à Roissy.

Notre Plateforme de revendications

Nous pensons qu'il existe des solutions de première urgence afin de soulager les populations sinistrées par le trafic aérien.
 

Ce que nous exigeons des pouvoirs publics :

- la modification des procédures d'approches tant au niveau de la définition des trajectoires qu'à celui de la hauteur et du régime des appareils,
 
- l'instauration d'un couvre feu sur les aéroports de la Région Ile-de-France dans le cadre d'une réglementation européenne,

- la limitation du nombre de mouvements sur les aéroports de Roissy et du Bourget,

- l'abandon définitif de tout projet de  construction de pistes supplémentaires à Roissy.

Le CIRENA lutte contre les nuisances aériennes infligées aux populations survolées du nord-ouest francilien.

 

Le projet de Charte Constitutionnelle de l'Environnement prévoit dans son article 1 que "chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et favorable à sa santé."

 

Chacun, mais pas tout le monde !

Le rapport parlementaire présenté par FM Gonnot en juillet 2003 à la demande du Gouvernement "Quelle politique aéroportuaire à l'horizon 2020 ?" estime à 2,4 millions le nombre de personnes concernées par les nuisances aériennes dans la seule Ile de France. Ainsi, la population de notre région est survolée de 12 à 15 fois plus que celle du reste du Bassin parisien.

 

La réorganisation des couloirs en 2002 a entraîné une nette augmentation des populations survolées à très basse altitude.

Le rapport de l'Acnusa, sorte de CSA du trafic aérien est  éloquent: à Conflans, Andrésy, Maurecourt, etc. par vents d'est, les avions passent à mille mètres au dessus des têtes. Parfois, beaucoup moins. Nous sommes survolés dans des conditions inacceptables.

 

Lorsque le trafic aérien a été réorganisé en Ile de France, il n'y a pas eu d' enquêtes d'utilité publique, nous n'avons pas  été consultés sur les raisons et les modalités de cette réorganisation, nos élus et les associations non plus.

 

La DGAC a mis en oeuvre cette réorganisation contre l'avis de la CCE (Commission Consultative de l'Environnement) de Roissy et malgré les réserve de l'Autorité de Contrôle des Nuisances Aériennes (ACNUSA) qui n'a pas donné un avis favorable.

La DGAC a voulu créer les conditions d'une meilleure fluidité afin d'une part de limiter les retards et d'autre part de préparer la croissance annoncée du trafic dans les années qui vont venir.

 

Tout cela au détriment de la qualité de la vie et de la santé de centaines de milliers de Franciliens qui pont la vague impression d'être les sacrifiés de l'affaire !

 

La liste de toutes les pathologies dues au bruit et à  la pollution chimique résultant du sur-trafic que connaît notre région est longue: stress, maladies cardio-vasculaires, dépressions, maladies respiratoires etc.

 

Ce n'est plus tolérable ! Nous avons donc décidé de de ne plus accepter  les diktats de la Direction Générale de l'Aviation Civile.

 

Parce que sont malmenés
- le bon sens,
- la santé publique,
- les droits de la personnes,
- les règles de bases de la démocratie qui veulent que les citoyens puissent donner leur avis et être écoutés

 

nous avons décidé de créer un Collectif Interassociatif du REfus des Nuisances Aériennes.

Nous rejoindre

Particuliers et associations du nord-ouest francilien, rejoignez-nous !

Le CIRENA est actuellement composé de particuliers et d'associations étendant leurs activités sur les communes suivantes :

Conflans ste Honorine, Triel sur Seine, Andrésy, Herblay, Achères, Cormeille en Parisis, Maurecourt, Montesson, Poissy, Saint Germain en Laye
Chanteloup les Vignes, Chatou, Courdimanche, Le Pecq, Neuville-sur-Oise, Verneuil sur Seine, Auvers sur Oise, Bezons, Cergy, Eragny sur Oise
Ermont, Jouy le Moutier, Le Vésinet, Neuilly sur Seine, Orgeval, Pierrelaye, Sartrouville, Taverny, Villennes sur Seine, Vernouillet, L'isle Adam
Medan, Chapet, Evecquemont, Meulan en Yvelines, Carrières-sous-Poissy.

Pourquoi adhérer au CIRENA ?

Le CIRENA est indispensable dans notre secteur pour coordonner l'action contre les nuisances aériennes et la rendre de ce fait plus efficace. Toutes nos associations sont confrontées aux mêmes problèmes et aux mêmes nuisances. Toutes agissent mais en ordre dispersé.

Face aux lobbies de l'aérien, ce n'est plus suffisant. On le constate chaque jour.

Nous devons  parler d'une seule voix et exiger que les mesures contenues dans notre plateforme soient immédiatement mises à l'étude et connaissent un début d'application. La cacophonie et les faux débats sont stériles et font le jeu des tenants du développement à tout crin du transport aérien en Ile de France.

Le CIRENA sera la structure permanente qui se chargera d'étendre la contestation dans le nord-ouest francilien contre les oukases de la DGAC et de ceux qui les inspirent.

Le CIRENA dénoncera leur propagande et n'hésitera pas à faire entendre sa voix devant les tribunaux.

Le CIRENA sera le porte parole d'une population qui peut à juste titre s'estimer sacrifiée et dont l'exaspération est proche de son comble.

Comment nous rejoindre ?

Vous pouvez adhérer au CIRENA en cliquant sur le bouton ci-dessous ou bien nous joindre par mail.